Le revers indien : une première conséquence du “Scorpene Leak”

Le ministère de la défense indienne vient d’abandonner ces plans d’achat de trois sous -marins supplémentaires de classe Scorpène. Cette annonce se présente une semaine après le rejet du ministère des finances de l’offre de DCNS visant à créer une filiale destinée à développer la technologie AIP (Air Independent Propulsion) sous prétexte que cette dernière n’était pas considérée “moderne” (comme le stipule la loi FDI indienne pour tout investissement étranger supérieur a 49%) tout en indiquant qu’elle est en cours de développement avec la DRDO. Néanmoins, l’ensemble de ces annonces ne sont que des conséquences d’une campagne ciblée d’intelligence économique offensive visant à freiner l’expansion que connait le groupe français à l’international suite aux succès rencontrés.

 Un petit rappel des faits s’impose : le 25 aout, le quotidien “The Australian” annonce sa détention de quelque 22,400 pages détaillant les capacités de combats des sous-marins Scorpène en cours de conception pour la marine indienne et dont des variantes ont été acquises par la Malaisie, le Chili ainsi que le Brésil à partir de 2018. Ces documents détaillent le niveau de bruit émis par les sous marins à différentes vitesses, sa portée, les fréquences utilisés, des informations sur les équipements électromagnétiques et infrarouge ainsi que des indications sur les endroits ou l’équipage pourrait communiquer tout en évitant une détection par l’ennemi.

Que cette fuite soit d’origine humaine, comme le clame “The Australian” avec la thèse de l’ancien officier de marine française sous traitant de DCNS, ou le résultat d’une guerre cybernétique (dans un contexte ou un officier de la DGSE révélait le piratage des ordinateurs de l’Elysée en 2012). Or, ces révélations portent atteinte à la réputation internationale du groupe tout en profitant aux concurrents.

D’un côté l’allemand TKMS, en quête de nouveaux contrats à l’international et principal concurrent de DCNS pour le futur appel d’offres en Norvège, n’a toujours pas digéré sa défaite sur le marché australien (pour lequel il s’est joint au consortium japonais Mitsubishi Kawasaki). Ainsi, le timing de ces révélations est parfait pour remettre en cause le choix de Canberra. D’un autre coté, la fuite pourrait aussi profiter à des pays qui voudront freiner le succès que connaît les industries d’armement françaises à l’export notamment en Asie du sud-Est où la croissance militaire et économique chinoise a poussé l’ensemble des pays de la région à augmenter leurs dépenses militaires. En conséquence, l’intervention du concurrent américain ayant tout intérêt à discréditer l’industrie de défense française n’est pas à exclure : En Inde, Lockheed Martin a proposé une fabrication locale d’une variante du F-16 sous la bannière du « Make in India » en même temps que les négociations peinent à être concrétisées avec Dassault aviation.  De même, ces fuites pourraient contraindre les autorités australiennes à revoir leur choix au cas où Lockheed Martin et Raytheon, censés équiper les sous marins australiens de systèmes de combat, refusent de collaborer avec DCNS dans l’intégration du système surtout que des précédentes craintes liées à la protection des données ont été signalées.

Pour l’instant, le groupe français a pu « colmater les brèches » à travers une série d’actions. La dernière en date a contraint « The Australian » à stopper ces publications et retirer les documents déjà diffusés. Néanmoins, des actions plus concrètes sont demandées de la part du groupe et les enjeux sont importants : coté export le Scorpène de DCNS se retrouve face au U214 de TKMS pour un marché norvégien évalué entre 3 et 4 milliards de dollars. Ceci sans oublier les dégâts collatéraux auxquels le groupe peut être exposé si la furtivité de ces sous marins s’avère être compromise.

De toute façon, les conséquences du « Scorpene Leak » sont encore à prévoir et ça risque d’être un autre cas d’école en matière d’intelligence économique.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s